(Re) DONNER SES LETTRES DE NOBLESSE AU POST-PARTUM !

Quand le post-partum est vécu en inadéquation avec les besoins physiologiques et psychologiques de la maman.

[Note : le post-partum, ou post-natal, est la période suivant l’accouchement. A ne pas confondre avec la dépression du post-partum.]

Ça y est vous avez accouché.
Après 9 mois dans votre bulle, à vivre au rythme de bébé, à être choyée et suivie, voilà maintenant un nouveau tournant dans votre vie.
Et changement radical de décor : vous n’occupez plus la place centrale. Vous êtes la maman d’un bébé qui attire toute l’attention et qui a besoin de vous nuit et jour, que vous ayez prévu de prendre une douche ou de mangez….
D’un coup, peu nombreuses sont les attentions portée sur vous, la maman!

Petit retour en arrière et de ce qui se passe pour une nouvelle maman qui vient d’accoucher (pour celle qui ne l’aurait pas vécu…..ou ne se souvienne plus 😉

Beaucoup de modifications se mettent en place progressivement dans le corps et le cerveau de la femme enceinte. Certaines vont même durer quelques temps après la naissance….9 mois, 1 an, 2 ans….

Tout d’abord le cerveau. Il va s’adapter à la situation : il va mettre « en veille » certaines fonctions (comme la mémoire, la concentration ou encore la capacité d’attention) au profit de nouvelles connexions jugées plus utiles comme l’empathie, la compassion, l’hyper-vigilance ou encore la sensibilité.
Il est clair que toutes ces qualités sont nécessaires quand on vient d’avoir un bébé : de la compassion pour comprendre un petit qui pleure et qui a faim, de l’hyper-vigilance pour être prête à réagir dès que besoin, quite à ne dormir que d’un oeil…que d’une oreille….quand on peut dormir !

Dans le corps : 9 mois et « quelques » modifications hormonales plus tard, il est bien difficile pour lui de tout remettre à sa place. Les tissus ont été étirés, les organes déplacés, le corps de la jeune maman doit lui aussi s’adapter à la nouvelle situation : réguler les hormones, re-calibrer les organes, fabriquer du lait etc
Evidemment, ce n’est pas en quelques semaines que tout ça ça va se faire !
Il faut du temps…..si ça va trop vite, c’est pas bon non plus !

maman en post partum

Quand je dis « quelques » modifications hormonales, c’est ironique bien sûr car il s’en passe des choses dans l’incroyable corps d’une femme qui accueille la vie.

Les hormones du cycle et de la grossesse : oestrogènes, progesterone, FSL, LH vont avoir un impact sur quasi toutes les sphères de l’organisme :
– modifications au niveau de la thyroïde : celle de la maman doit travailler deux fois plus car ce n’est qu’à partir du 4ème mois de grossesse que bébé va former sa propre thyroïde. Sa mère va toutefois encore lui fournir l’iode dont elle a besoin pour bien fonctionner.
– perturbations du métabolisme de la glycémie avec une sur-stimulation du pancréas plus que d’habitude pour mettre à disposition du sucre pour le foetus. Ceci entraine au passage les joies des reflux et /ou nausées notamment.
– troubles hépatiques et du transit : le foie et les intestins sont fortement sollicités durant la grossesse. La progesterone ralentit la vidange et la tonicité des intestins.
– au niveau circulatoire, les oestrogènes augmentent la fréquence cardiaque en même temps que la rétention d’eau. Houra pour les jambes gonflées, les oedèmes et les hémorroïdes !!!
– l’appareil locomoteur en prend aussi un coup car le centre de gravité est déplacé. Si on ajoute à cela des carences minérales, c’est les sciatiques, lombalgies et autres maux de dos qui se font sentir.
– la peau aussi est concernée du fait de tout le reste (je vous ai déjà dit que le corps est un ensemble de systèmes interdépendants les uns des autres et que par un effet boule de neige, tout ce qui se passe à un endroit, aura des répercussions à un autre à plus ou moins long termer en fonction des corrections mises en place ?) : démangeaisons, vergetures, masque de grossesse font partie des réjouissances liées aux modifications hormonales.
– quant aux cheveux : les hormones de grossesse freinent la perte naturelle des cheveux. par contre, après l’accouchement, bim voilà qu’on perd tous les cheveux qu’on aurait du perdre pendant plus de 9 mois!!
– les hormones font aussi des leurs en favorisant les contractions vaginales, les tiraillements dans le bas ventre par exemple.
– et les mycoses ou infections urinaires, on en parle? oui, bien sûr…en cause, la progesterone qui ralentit la tonicité des tissus et favorise donc la stase urinaire et le reflux dans les uretères.
– Ah j’allais presque oublier de mentionner l’émotionnel, l’anxiété, le sommeil perturbé, le poids…

Comment voulez-vous que ces changements qui ont pris 9 mois puissent se faire oublier en quelques semaines ou mois !
Plus le corps se remettra doucement, plus ce sera bénéfique pour l’organisme.

doula post natal

Donc, stop aux images, articles, publis de mamans qui retournent au travail 1 mois plus tard, qui retrouvent leur taille de guêpe en moins de deux…..ce n’est pas la réalité ! physiologiquement, le corps a besoin de beaucoup plus que ça.

C’est par pour rien que dans beaucoup de traditions ancestrales (chinoises, ayrvédiques notamment), la maman ne bouge pas de chez elle, voire de son lit pendant 30 à 40 jours! Ce sont les autres femmes de la famille ou de la communauté qui s’occupent de tout.
Elles veillent à s’occuper des plus grands, elles préparent le repas pour la maman, gèrent la logistique de la maison……
La nouvelle maman n’a qu’à s’occuper de son bébé et se reposer => la voilà la réalité parce qu’elle répond à un besoin naturel et PHYSIOLOGIQUE.
Mais dans nos sociétés occidentales et modernes, il y a la plupart du temps une grosse différence : on vit de plus en plus éloignés les uns des autres, les familles sont éclatées et nous avons perdu cette notion de communauté. De plus, les jeunes mamans n’ont pas non plus envie de crier sur les toits qu’elles ont besoin d’aide…..ce serait mal vu ! non, non, faut assumer!!!

accompagner les mamans et bébés

Je vous parlerai bientôt du rôle des doulas pour un post-partum de qualité. Et qui dit postpartum de qualité dit aussi qu’on renforce notre santé et bien-être pour les années qui suivent !!
Parce que la doula a clairement un rôle à jouer dans le soutien, l’écoute, la transmission, le partage aux futurs et nouveaux parents.
C’est un accompagnement de coeur, de passion avec un souhait central : celui de voir des parents épanouis et des mamans sereines, prêtes à accueillir ce qui se passe en elles, prêtes à jouer le rôle de leur vie en conscience et en forme.

Concernant le post-natal, il y a tellement à faire. Les mamans ne le savent pas encore, mais elles ont BESOIN de tant de choses que seul le co-parent ne peut suffire. Ce deuxième parent a un rôle essentiel mais bien souvent il peut aussi être tellement impacté par cette nouvelle vie, par cette naissance, par ce retour au boulot, par manque de connaissances peut-être, qu’il a besoin, lui aussi, d’un coup de pouce extérieur.

A nous, doulas, de recréer cette communauté !
A nous d’inciter les parents à créer cette communauté autour d’eux et à prendre conscience de l’enjeu du post-natal.
A nous de transmettre aux nouvelles mamans toute l’importance de prendre soin d’elles.
A nous aussi de redonner à la période du post-natal toute la place qu’il mérite.
A nous de semer des graines chez les proches des nouvelles et futures mamans.
Et aussi à leur redonner confiance….confiance en elles et confiance en leurs capacités à être mères.

Alors vive les nouvelles mamans, vous êtes formidables !

accompagner les mamans en post partum