NATUROPATHIE : PERTURBATEURS ENDOCRINIENS, FERTILITÉ, GROSSESSE ET ENFANTS


L’alerte est donnée.
Les études mettent de plus en plus en avant l’IMPACT NÉGATIF DES PERTURBATEURS SUR LA FERTILITÉ.

En naturopathie, votre accompagnement est global, c’est-à-dire qu’on prend en compte un ensemble conséquent de paramètres liés à votre mode de vie, à vos antécédents médicaux, à votre quotidien qui jouent un rôle dans votre santé, votre équilibre et votre bien-être.
Dans le cadre d’un accompagnement pour un projet bébé ou une grossesse en naturopathie , il est clair que l’environnement, les polluants, les pesticides et toutes les autres substances toxiques que nous rencontrons dans notre vie de tous les jours vont être regardés de plus près.

Les périodes de périconception et de grossesse sont des moments où notre système hormonal est très vulnérable face à ces substances agressives. Les perturbateurs endocriniens interfèrent avec nos propres hormones et vont jusqu’à brouiller leurs messages (pour faire simple : une hormone est une messagère entre nos glandes et nos organes…… « sécréter plus d’oestrogènes…..diminuer l’insuline…..attention stopper la sécrétion de celle-ci » etc).

D’autres étapes de notre vie sont aussi des périodes de grande vulnérabilité : petite enfance, puberté, andropause-ménopause et toutes les situations où l’hormonal est touché (problème de thyroïde, SOPK – ovaires polykystiques, cancers hormonaux-dépendants…)

Comment agissent les PE ?

Les PE (perturbateurs endocriniens) leurrent notre système hormonal et parasitent notre communication interne de trois façons possibles (les 3 en même temps très certainement) :
-> en imitant nos hormones naturelles. Les PE vont transmettre des messages erronés et/ou en mauvaise quantité
-> en bloquant certaines de nos récepteurs : nos hormones naturelles n’auront alors plus la place pour se fixer sur les organes-cibles et délivrer leurs messages.
-> en interférant avec le travail de certaines protéines chargées de réguler le taux d’hormones dans le sang.

Arf, pas terrible tout cela!!!

Il faut savoir aussi que ces substances répondent à certains principes :

* leurs actions ne sont pas proportionnelles à la dose : ils sont toxiques même à très très petite dose
* on note un effet transgénérationnel. Les enfants et même les petits enfants vont être impactés. Par exemple dans le cas des enfants « distilbènes » : il y a des répercussions jusqu’à la 4ème génération.
Chez les filles : anomalie du vagin et/ou de l’utérus, cancer du sein
Chez les garçons : non descente testicules, position anormale de l’orifice de l’urètre, atrophie testiculaire
* présence d’un effet cocktail avec une potentialisation des molécules. On pourrait schématiser ainsi : 1+1=50 !!!!!
* ils ne sont pas bloqués par la barrière placentaire.

Toutes ces perturbations provoquées par les PE vont engendrer diverses problématiques, comme par exemple :

    anomalies du système reproducteur
    cancer prostate, seins, thyroïde, pancréas
    diabète
    obésité
    troubles neuro : parkinson, hyperactivité, autisme
    dysfonction thyroïdienne

SPÉCIFIQUEMENT À LA FERTILITÉ ET À LA GROSSESSE

On sait également que les perturbateurs endocriniens peuvent être à origine de dommages irréversibles in utéro et par la suite :

– Troubles de la fertilité féminine : endométriose, troubles de l’ovulation, ménopause précoce, perturbation des cycles
– Troubles de la fertilité masculine : mauvaise qualité sperme (depuis environ 50 ans, on assiste à une diminution importante de la qualité séminale due principalement à l’environnement : perturbateurs endocriniens, substances chimiques….), féminisation des organes, hypospadias, anomalies des spermatozoïdes (notamment oligoasthénotératospermie (quantité insuffisante, mobilité réduire, malformations)
– Troubles de la croissance foetale
– Fausse couche
– Prématurité

Chez les bébés et les enfants

On observe également des troubles et dysfonctionnements qui découlent d’une exposition trop importante aux PE in utéro :
Faible poids de naissance
Petit périmètre crânien à la naissance
Malformations congénitales
Position anormale urètre, non-descente des testicules
Atteinte des fonctions cognitives ou du neuro-développement
Troubles du comportement chez les enfants
Obésité des enfants, diabète qui augmente de plus en plus chez les enfants
– Perte de points de QI, baisse des facultés intellectuelles
Puberté précoce

l'impact des perturbateurs endocriniens sur le foetus

Partons à la découverte des ces substances indésirables pour mieux les chasser de notre quotidien !

Qui sont-ils ?

PCB, parabens, pesticides alimentaires, BPA…..on les appellent des xénobiotiques car ils proviennent de l’extérieur du corps mais ils se comportent comme des molécules naturelles.
Voici quelques familles de PE parmi les plus courantes :

    LE BISPHÉNOL A (BPA) se trouve dans les plastiques : contenants alimentaires, objets de déco, film alimentaire, emballages alimentaires, cosmétiques, intérieur des cannettes. Il est classé comme préoccupant car il altère la mise en place des cellules reproductrices chez le foetus masculin. Il est d’ailleurs interdit en France, dans les contenants alimentaires notamment ceux destinés aux bébés mais pas forcément dans tous les pays fabriquant et exportant ce genre de produit ! prudence donc selon l’origine…
    Depuis quelques temps, le Bisphénol S a remplacé le BPA: mauvaise nouvelle car ils se comportent exactement pareils, ce n’est pas une alternative saine !

    LES PHTALATESsont essentiellement dans les jouets, le vernis à ongle, le parfum, les couches, les tableaux de bord des voitures, les textiles imperméables, les sols, les contenants marqués du triangle de recyclage n°3

    LES PARABENS, TRICLOSAN, BENZOPHÉNONE dans les shampoings, dentifrices, maquillage, crèmes, rouges à lèvre, gels douches..

    LES PFOA, SFPO, PFC sont surtout dans tous les textiles traités antitache, antiadhésif et imperméabilisés (moquettes, tapis, canapés, poêles). Ils sont aussi présents dans les emballages de fast-food, de pizza et de boissons.

    LES PDBE sont des retardateurs de flammes bromés. On les trouve dans les rembourrages de meubles en tissu (fauteuil, canapés, matelas), dans les mousses, les peluches, dans le plastique dur des ordinateurs, des télés.

    LES PESTICIDES utilisés en agriculture se comportent, pour quasiment la moitié, comme des perturbateurs endocriniens.

    LES PCB ET LES DIOXINES à l’origine utilisés comme isolants et lubrifiants pour leur qualité ininflammable. Interdits depuis 30 ans, ils persistent dans l’environnement et finissent dans la chaine alimentaire par la pollution des sols et de l’eau. On les retrouve ainsi dans les poissons, les produits laitiers, les viandes.

    LES MÉTAUX LOURDS comme le cadmium, le plomb, le mercure. On les retrouve dans le poisson (mercure), dans le riz, les légumineuses, les oléagineux (pour le cadmium). Mais c’est dans la cigarette qu’ils sont les plus présents.

    LES HYDROCARBURES AROMATIQUES POLYCYCLIQUES – HAP dans les carburants, le bois et le tabac. On peut citer le pyrène, le fluoranthène et surtout le dibenzo(ah)anthracène déjà pointé du doigt comme « cancérogène possible ».

Il faut toutefois garder à l’esprit que, pour chacune de ces familles, il existe plusieurs molécules contaminantes possible.

Malheureusement, les PE font partie de notre quotidien et on ne pourra pas les éliminer. Ils sont dans l’air, dans ce qu’on mange, dans nos vêtements, nos meubles, nos cosmétiques …Bref, ils sont partout !

Voici un condensé des résultats issus d’une étude menée par 60 millions de Consommateurs de Mai 2017, réalisée avec un laboratoire indépendant pour rechercher dans les cheveux d’enfants âgés de 10 à 15 ans (garçons et fille vivant en milieu rural ou urbain) :
====> 23 SUBSTANCES AU MINIMUM ET 54 AU MAXIMUM RETROUVÉES POUR UN MÊME ÉCHANTILLON.
Tous les enfants de l’étude étaient contaminés à plus ou moins haut degré par les substances suivantes:
– bisphénol A et S
– phtalaltes : au moins 10 différents par échantillon dont les DBP, DEHP et DiBP considérés
comme les plus toxiques.
– HAP : détectés dans plus de 7 échantillons sur 10
– pesticides agricoles : 3 d’entres eux retrouvés dans quasiment la moitié des échantillons :
l’hydrazide maléique (utilisé pour empêcher la germination des pommes de terre),
l’azoxystrobine (fongicide agricole) et le fipronil (utilisé dans les traitements anti-puces,
anti-tiques chez les animaux domestiques). Le lindane a également été retrouvé dans 1/3 des
échantillons bien qu’il ait été interdit depuis 1988 !!
– PCB retrouvé à plus petite échelle mais quand même présent chez certains enfants
– métaux lourds : tous contenaient des traces
– retardateurs de flamme brômés retrouvés chez certains

Précision : il faut noter quand, dans cette étude, tous les PE existants n’ont pas été recherché.

optimiser la santé des enfants avec la naturopathie

A défaut de pouvoir totalement les supprimer, nous pouvons les LIMITER et donc être moins exposés.

Vous accompagner dans votre projet bébé et votre grossesse en naturopathie

En naturopathie holistique, on va vraiment faire le tour d’horizon de toutes les sphères en lien avec le système hormonal, que ce soit un lien « évident » comme les sécrétions ovariennes, l’endométriose, le SOPK, la thyroïde, les cycles…. ou un peu moins « évident » comme l’anxiété, les intestins, la nutrition et la micronutrition…et bien entendu les facteurs environnementaux et les perturbateurs endocriniens.

Nous l’avons vu plus haut, ils sont présents partout, déjà en nous…..
Surtout pas de panique !

====> LA CLÉ C’EST LA PRÉVENTION.
Maintenant que vous êtes au courant de qui ils sont, où ils se trouvent et comment ils agissent, c’est le moment de prendre votre santé en main.
Objectif « CHASSE AUX PE »!

Pour cela, voici les conseils à mettre en place petit à petit :

    EN CUISINE :

> évitez les conserves et les cannettes (en plus des PE, sachez que la consommation d’1 canette de soda par jour diminue la fécondité de 25% chez les femmes et de 33% chez les hommes)
> privilégiez les bocaux en verre, les pots en inox ou en céramique
> les PE contenus dans les plastiques migrent à la chaleur et dans la graisse. Ne faites pas chauffer de barquettes ou de plats en plastique au micro-onde. Prenez plutôt un bol ou un saladier en verre que vous couvrirez d’une assiette et pas de film alimentaire (sachez toutefois qu’il existe du film étirable sans BPA). L’idéal serait encore de vous débarrasser de votre micro-ondes!
> déballez vos aliments achetés dans du plastique et rangez les dans une boite en verre.
> évitez les poêles en téflon et optez pour la fonte, l’inox (bien faire chauffer avant de mettre la l’huile ou l’aliment) ou la céramique.
> jetez les poêles et les casseroles dont le revêtement est abimé. Idem pour les ustensiles en silicone ou plastique.
> pour les bouteilles en plastique, évitez les triangles 3, 6 et 7 (infos sous l’emballage)

    DANS LA SALLE DE BAIN :

Tout changer va demander un budget important. La priorité serait certainement d’éliminer le superflu et de penser simplicité.
> préférez les labels bio ou mieux BDIH ou Nature et Progrès+++
> une solution simple pour remplacer votre crème hydratante : l’huile végétale bio (coco, argan, noyaux d’abricot….) et pour vous démaquiller, optez pour des eaux florales, en flacons de verre, à passer sur le visage avec….des lingettes lavables 😉
> vous pouvez aussi utiliser l’application QuelCosmetic pour vous aider à décrypter les étiquettes de vos produits.
> prudence avec les protections féminines : choisir celles en coton non blanchies, sans substances toxiques, lavables, la cup ou les culottes menstruelles.

    DANS LA MAISON :

L’air de nos intérieurs est plus pollué que l’extérieur !
Il est donc important d’aérer son logement tous les jours, même quand il fait froid. L’idéal serait de pouvoir ouvrir en grand les fenêtres 10 minutes matin et soir.
> pensez aussi à aspirer et dépoussiérer régulièrement
> privilégiez les matériaux sains et laissez tomber les moquettes, les doubles rideaux, les revêtements plastiques… Évitez les sols en PVC type « lino », les moquettes traitées anti-tâches….et préférez le carrelage, les tommettes, le parquet naturel, le jonc de mer en vérifiant toutefois la composition et la formulation de ces sols.
> pour le ménage, prenez des produits labélisés Ecocert et encore une fois pensez simplicité. Bien souvent, on peut faire tout notre ménage avec 2 ou 3 produits et c’est tout (je pense au trio bicarbonate de soude – vinaigre blanc – savon noir) !
> optez pour une lessive neutre, sans parfum, au savon de Marseille et oubliez l’assouplissant, les lingettes détachantes, les spéciales ceci etc
> évitez aussi les parfums d’ambiance, désodorisants en tout genre, insecticides (vive la tapette à mouche), les bougies, les encens (même bio). Les prises antimoustiques diffusent des pyréthrimoïdes, tournez vous plutôt vers des alternatives non nocives ou encore mieux installez une moustiquaire.
> pas de peinture quand vous êtes enceinte….déléguez plutôt à monsieur pendant que vous allez vous faire masser ;). Idem quand bébé est là ou presque là.
> dites oui à l’occasion pour les meubles, la déco, les jouets, les vêtements…..et si vraiment ce n’est pas votre truc alors choisissez des produits de qualité et mettez les en quarantaine pendant 3 mois avant de les utiliser ou de les placer dans la chambre de bébé par exemple.
> dormez dans une literie estampillés « non traitée », il existe des matelas, du linge sans traitement chimique.

    A TABLE :

Une alimentation saine, équilibrée et riche en nutriments et micronutriments permettent de stimuler la fertilité féminine et masculine.
Autant choisir des produits sains pour qu’ils soient mieux assimilés par notre organisme et surtout qu’ils soient « performants »…..des vitamines qui auront baignées dans des pesticides seront beaucoup moins efficaces 😉

> choisissez le label Bio le plus possible et en priorité (selon votre budget) : les fruits et légumes qui ne s’épluchent pas, les huiles, les oeufs et les farines. Là aussi, les labels Nature et Progrès, AB, Demeter sont à préférer.
> cuisinez maison, quand cela est possible 😉 et évitez l’alimentation industrielle sous barquette/sur-emballées/avec additifs etc
> optez pour des légumes et fruits de saison
> limitez votre consommation de poisson à deux fois/semaine : 1 fois poisson gras (saumon, sardine, hareng, maquereau) et 1 fois poisson maigre. Les composés perfluorés, les PBDE et les PCB se concentrent particulièrement dans la chair des poissons gras, sans compter l’accumulation de mercure dans les poissons les plus gros. Evitez ainsi le thon, l’espadon, l’anguille.

    POUR LES BÉBÉS :

Restez simple, restez sain au maximum car c’est hyper important de ne pas surcharger l’organisme de nos bébés avec des produits qu’ils auront du mal à gérer.

> vérifiez toujours les étiquettes. Une première règle de base : moins il y en, mieux c’est !
> pour les popotins : liniment maison ou de l’eau avec un pain de savon bio au lait d’ânesse par exemple. Et des lingettes toutes douces et toutes lavables !!!
Les couches…..ahhhh les couches de bébé….les lavables sont plus économiques et écologiques. On peut les acheter ou les louer mais beaucoup de parents ne sont pas encore prêts à franchir le pas. Dans ce cas, préférez des couches bio labélisées Oeko-tex, non blanchies, en ouate de cellulose, sans parfum et avec la certification FSC.
Prudence avec les lingettes : celles pour bébé sont OK et ne contiennent plus de parabens mais les autres oui.
> pour les frimousses: de l’hydrolat de rose.
> pour hydrater sa peau : un peu d’huile végétale bio d’amande douce ou de coco
> pour manger : là, on peut à peu près être tranquille étant donné que le bisphénol A est interdit dans tous les contenants pour bébé….mais la prudence s’impose car, on l’a vu plus haut, il y a plein d’autres PE.
Préférez tout de même les biberons en verre (certes plus lourds) ou en inox (bien qu’on ne puisse pas voir l’intérieur)
Pour info, le Baby-cook ne contient pas de BPA mais les sous-marques risquent d’en contenir….à vérifier.
> pour les jouets : point trop n’en faut mais autant les choisir sains et durables : peluches, jouets en bois, occasion, jeux d’éveil…..les plastiques à la bouche même sans BPA c’est quand même pas top!
Il existe des marques de jouets écologiques comme Plantoys, Everearth, Haba et d’autres encore.
> pour sa chambre : le top, les meubles en bois brut à traiter avec une huile naturelle. Si vous avez fait de la peinture avant la naissance ou si vous avez monter des meubles, aérez un maximum.
L’idéal étant de préparer tout cela au moins 3 mois avant d’installer bébé. En effet, les COV (composés organiques volatils) mettent du temps à être évacués.
Le problème des meubles, c’est la présence des retardateurs de flamme bromés et des formaldéhyde. Evitez donc également les sols en PVC et les dalles de jeux dans ce même matériau. Prenez plutôt un tapis de jeu d’éveil écologique ou sans produit toxique (ça vaut le coup de se renseigner car votre petit va y passer du temps sur son tapis)
> et puis pour aller plus loin, on va chercher à exposer bébé le moins possible aux ondes électromagnétiques (qui font aussi partie des facteurs potentiels de troubles de la fertilité). Veillez à éloigner votre box internet le plus possible de lui et à placer le babyphone à 1 ou 2 mètres de la tête de lit tout en orientant votre choix sur un transmetteur à piles (rechargeables tant qu’à faire ;). Les appareils électriques n’ont rien à faire dans la chambre d’un bébé et nul besoin également de faire des frais pour choisir des veilleuses-son et lumière ultra perfectionnées ou encore un mobile connecté !!!
Et pour vous comme pour lui, coupez le wifi la nuit.

dire stop aux substances toxiques avec la naturopathie

Dans le cadre d’un accompagnement fertilité – projet bébé en naturopathie, le naturopathe s’assurera également que vos reins et votre foie sont opérationnels car ce sont les deux grands organes éliminateurs des perturbateurs endocriniens.

Pas simple de s’y retrouver entre toutes ces substances dangereuses qui nous entourent.
Il sera difficile de faire un sans faute, mais il est important pour notre santé et celle de nos enfants d’être attentifs à ce que nous achetons.
Un indice qui met la puce à l’oreille de suite : les articles vendus très peu chers qui proviennent bien souvent de pays où les normes sont complètements différentes et les procédés de fabrication peu regardés.

Pour avancer progressivement sur le chemin de la chasse aux perturbateurs endocriniens, parlez-en à votre naturopathe.
Vous pourrez ainsi déterminer ensemble par quoi commencer et où porter votre attention en priorité selon vos attentes et surtout votre santé.

Sources :
Bulletin épidémiologique de l’Agence Nationale de Santé Publique
Formation « perturbateurs endocriniens et grossesse » I.Doumenc

60 millions de consommateurs de Mai 2017 « Nos enfants contaminés »
Que choisir de Mai 2017 « Perturbateurs endocriniens STOP ; notre santé en danger »

Pour aller plus loin : site de Réseau Environnement Santé